Les projets spéciaux d’agences de renseignements kazakhes ou comment “la démocratie” fonctionne dans un État totalitaire

Top secret folder.

Pour de nombreux citoyens kazakhs et pas seulement kazakhs, certaines informations de celui publié dans ce post sembleront inhabituelles. Mais la vérité est telle que la Comité de la Sécurité Nationale du Kazakhstan (CSN – http://www.knb.kz) est présent dans la société dans tous ses domaines jusqu’à l’imitation des activités publiques et des partis politiques entiers siégeant au parlement du pays.

État de santé en tant qu’élément compromettant

Peut-être qu’il vaut mieux commencer petit. Par exemple, au ministère de la Santé, des douzaines d’ORA de CSN Kazakhs (officiers de réserve active) travaillent. Ceci est fait pour recueillir des informations sur l’état de santé des citoyens connus dans la vie politique et publique du pays – ministres, gouverneurs régionaux, chefs de grandes entreprises, hommes d’affaires riches, pop stars du cinéma et de la télévision, dans ce flux d’informations compromettantes sont également collectés sur les employés des ambassades étrangères. La collecte d’informations médicaux fournit au CSN des renseignements compromettantes possible, par exemple: maladies vénériennes – probablement la personne a des relations sexuelles avec des prostituées, maladie cardiaque – le cas échéant, il est plus facile de simuler la mort par crise cardiaque, tuberculose – un prétexte pour l’exclusion de la fonction publique, la maladie mentale – plus facile à recruter ou à manipuler à des fins spécifiques, etc.

Toutes les dictatures ont peur des étudiants

Le ministère de l’Éducation n’a pas contourné ce sort, cette agence gouvernementale est aussi bourrée d’officiers de réserve active de CSN, d’autant plus que les étudiants sont un électorat de protestation potentiellement fort, alors qu’au moins un ou deux agents de CSN sont présents dans chaque groupe de toutes les universités, les instituts et les collèges du pays. L’agent de CSN n’est pas un officier de réserve active et pas un OOI (officier opérationnel infiltré), agent de CSN peut être un citoyen ou un non-citoyen du Kazakhstan, l’âge des agents de CSN n’est pas limité – d’un étudiant à un très vieillard ou vieille femme. Inutile de dire que le journalisme kazakh est aussi complètement infecté par les agents du CSN, par lesquels le personnel du CSN publie l’information nécessaire dans la perspective qu’il leur convient.

Par exemple, le Colonel de CSN Sergey Klimtchuk, né en 1971, un camarade de classe à l’Académie de CSN et protégé de Samat Abiche (neveu du président du Kazakhstan), maintenant chef du 5ème département de CSN, est tombé amoureux du journal “Ratel” , pour lequel il régulièrement organise des “fuites” d’informations.

Klimchyuk Sergey_001bb
Le Colonel de CSN Sergey Klimtchuk, Chef du 5ème Département de CSN. Le 5ème Département de la Comité de la Sécurité Nationale de la République du Kazakhstan est un soutien de contre-espionnage des forces de l’ordre, en termes simples, ce Département contrôle tous les organismes d’application de la loi de la République du Kazakhstan.

5 agents dans chaque équipe

Dans chaque institution importante du Kazakhstan, vue par CSN, selon les instructions internes du Comité de la Sécurité Nationale, au moins 5 agents de CSN doivent être recrutés. Ce sont des hôpitaux psychiatriques et simplement de grands hôpitaux (dans les ministères, seuls les agents de la réserve active sont infiltrés, pas les agents de CSN), les éditions de grands journaux et magazines influents, les chaînes de télévision, les administrations régionales de l’éducation, les administrations municipales. ONG (organisations non gouvernementales), divers mouvements sociaux (ce qui explique beaucoup d’agents du CSN parmi l’opposition, les activistes et les défenseurs des droits de l’homme), etc.

Косарев Владислав Борисович_001_bb
Vladislav Kossarev, né en 1937, membre de la commission des affaires étrangères, de la défense et de la sécurité de la Mazhilisse du Parlement du Kazakhstan. Secrétaire du Comité central du PPCK, un député de la Mazhilisse du Parlement du Kazakhstan. Chef de la faction “Communistes du peuple”. Agent de CSN.

Simulation de l’opposition politique

Et donc, en 2004, après une, ou plutôt le suivant, critique des organisations internationales du gouvernement du Kazakhstan concernant l’absence de partis politiques d’opposition au parlement du pays, Akorda (palais présidentiel) a ordonné à CSN de résoudre ce problème. Je ne vais pas commencer à raconter l’histoire de la destruction du Parti communiste du Kazakhstan (PCK) dont le premier secrétaire du Comité central à l’époque était Serikbolsyn Abdildin, mais je dirai que sur ce travail, détruire le PCK et sa place créer PPCK (Parti populaire communiste du Kazakhstan), a été nommé brigadier général de CSN Marat Ossipov, sous-chef de CSN du Kazakhstan,  du Direction “R” du 10ème département de CSN du Kazakhstan, qui est devenu chef, je voudrais même dire, l’inspirateur idéologique, de ce travail dont le projet spécial a reçu un nom de code “ARTEL”. C’est le général de brigade Ossipov qui, en 2004, a commencé à détruire le PCK et à créer sur ses ruines le «Parti populaire communiste du Kazakhstan» (PPCK), qui siège aujourd’hui au Parlement kazakh. Le premier secrétaire du Comité central de ce parti politique (PPCK) est devenu l’agent du CSN, Vladislav Kossarev.

Plus tard, en tant que secrétaire du Comité central du PPCK, le brigadier général Ossipov a nommé son propre neveu, un officier de réserve active, le colonel de CSN, Aikyn Konourov, qui depuis le début de la création du PPCK était membre du comité directeur de cette nouvelle parti politique. Au PPCK, il y a deux autres secrétaires du Comité central, mais comme le lecteur lui-même l’a probablement déjà compris, ils ne sont là que pour le décor.

Айкын Конуров_001
Aikyn Konourov, secrétaire du Comité central, membre du Politbureau du Parti populaire communiste du Kazakhstan (PPCK), est né le 28 novembre 1972 dans le village de Kuibychev, dans la région de Koktchetav. L’officier de réserve active de CSN, a le grade de colonel. Neveu du sous-chef du CSN du Kazakhstan, brigadier général de CSN Marat Ossipov.
Фото_004_cc
Sous-chef du CSN du Kazakhstan, le général de brigade Marat Ossipov. Avant que Karim Massimov ne devienne chef du CSN du Kazakhstan, il était  du 10e département de la Protection d’Ordre Constitutionnel du Kazakhstan (répressions politiques), et dirigeait le projet spécial «ARTEL». De nos jours supervise le 2ème département de contre-espionnage. À son tour, le brigadier-général Nurgali Bilisbekov est à la tête du projet spécial «ARTEL» et a été nommé  du 10e département. Cette photo est sa première photo publique avec la première mention de son nom en dessous.

Comment gagner les employés du Comité de la Securité Nationale kazakh

L’officier de réserve active, le colonel de CSN Aikyn Konourov, outre les activités politiques, est également engagé dans les affaires, il est, pour ainsi dire, tient le rythme de l’époque. La liste complète de ses projets d’affaires n’est pas connue à l’auteur de ce poste, mais il est connu que le Secrétaire du Comité central du PPCK a une entreprise de construction qui régulièrement reçoit des commandes pour la construction de centrales de distribution électriques. Il est seulement possible de deviner la portée des affaires du “communiste” Konourov si on prends en considération que son oncle, général de brigade de CSN Marat Ossipov, tout le revenu illégal de son service dans CSN blanchit par l’intermédiaire de son neveu. Un petit exemple de la façon dont le général de brigade Ossipov gagne en service à CSN: tout candidat à la députation devant le parlement kazakh du PPCK doivent obtenir l’approbation personnelle du chef du projet spécial “ARTEL”, qui était jusqu’à récemment le brigadier général Ossipov. Inutile de dire que le brigadier général Ossipov a simplement vendu tous les sièges du Parlement aux candidats du PPCK. Il l’a fait même aux officiers de la réserve active du CSN, puisque seuls les officiers de la réserve active (ORA), ou les agents, ou les officiers opérationnels infiltrés (OOI) du CSN passent au parlement du parti du PPCK.

Омурзаков Турсунбек_001_cc
Toursounbek Omourzakov, officier opérationnel d’infiltration (OOI), colonel de CSN, a pris sa retraite. Sur la photo il est capturé en tant que député du Parlement kazakh du parti du PPCK. L’homme d’affaires prospère, a une société holding appelée “O’Azamat” (www.oazamat.kz).

Par exemple, il y avait un tel député au parlement kazakh, Toursounbek Omourzakov, qui était à ce moment-là un officier opérationnel d’infiltration du Direction “R” du 10ème département du CSN du Kazakhstan, le colonel de CSN, maintenant à la retraite. Donc, ce colonel, en son temps, pour le siège du député, a versé au brigadier général Ossipov 1 000 000 de dollars. Selon des proches de l’entourage du brigadier général Ossipov, ce million de dollars était partagé entre le général de brigade Ossipov, le général de division Zhoumakanov (à l’époque sous-chef de CSN, devenu chef de CSN, et le 13 septembre 2016, il est nommé assistant du président du Kazakhstan – Secrétaire du Conseil de sécurité de la République du Kazakhstan), actuel chef du CSN de la ville d’Almaty, brigadier général Nourlan Mazhilov, qui s’est distingué par la persécution politique du chef du parti politique “ALGA”, Vladimir Kozlov, et un autre officier non identifié du 1ère Direction du 10ème Département de CSN. Les trois premiers ont reçu 300 000 $ chacun, et le quatrième, un officier de CSN non identifié, 100 000 $. Pour diverses raisons, la deuxième campagne pour les députés, probablement plus heureusement que malheureusement, pour le colonel de CSN Omourzakov, n’a pas fonctionné.

Омурзаков Турсунбек_005_bb
De gauche à droite: Serik Touyakov, Maksout Baïmagambetov, Vyacheslav Spitsyn, Yelzhan Toursoumbekov, Toursounbek Omourzakov (assis dans la chaise). Tous les cinq ont le grade de colonels de CSN. Toursounbek Omourzakov et Yelzhan Toursoumbekov sont déjà à la retraite. Touyakov, Baïmagambetov et Spitsyn sont des officiers actifs, tous les trois à l’époque étaient les chefs du Direction “R” du 10e département du CSN “ Protection d’Ordre Constitutionnel du Kazakhstan” (répressions politiques), c’est la première fois que leurs photos sont publiées.
Мажилов Нурлан_002
Le chef actuel du CSN pour la ville d’Almaty, le général de brigade Nourlan Mazhilov (sur la photo encore colonel). Au cours de la prise d’un pot-de-vin d’un officier opérationnel d’infiltration (OOI), du colonel de CSN Omourzakov, il a occupé le poste de sous-chef du 10e département “Protection de l’Ordre Constitutionnel du Kazakhstan” (répressions politiques). C’est sa première photo publique et la première fois que son nom y est mentionné.
Аида Балаева_001_bb
Aïda Balaeva, chef du Département de politique intérieure du bureau présidentiel, épouse du colonel de CSN, Adilbek Dzhoussoupov, actuel chef du Direction “R” du 10e département du CSN “Protection d’Ordre Constitutionnel du Kazakhstan” (répressions politiques).

Partie financière ou paradis de la corruption

Il serait injuste d’ignorer la composante financière de la saga sur la vie publique du CSN kazakh. Tous ces projets spéciaux, qu’ils soient réalisés par l’intermédiaire du CSN, du ministère de l’Intérieur, du ministère de la Justice ou d’un autre organisme d’État, sont supervisés par le Département des politiques intérieures du bureau présidentiel. Ce département est responsable de la politique sociale, de l’idéologie dominante dans le pays, contrôle les activités des partis politiques, prend même des décisions sur chaque député de Mazhilisse et du Sénat, qui va être député et sénateur, et qui devrait attendre. Depuis 2014, ce département est dirigé par Mme Aïda Balaeva, dont le mari est chef du Direction “R” du 10e département du CSN “Protection de l’Ordre Constitutionnel du Kazakhstan” (répressions politiques), le colonel de CSN, Adilbek Dzhoussoupov. Dans la Loi kazakhe, il existe une partie secrète relative à la sécurité et à la défense. Le rapport sur cette partie secrète n’est jamais publié, il est classifié comme “Top Secret”, et les fonctionnaires du CSN disent que le rapport de comptes secret de CSN est même pas conduit. Cela signifie que les responsables de projets spéciaux tels que “ARTEL” décident indépendamment de soumettre une demande au département de la politique intérieure du bureau présidentiel du Kazakhstan pour un certain montant pour les nécessaires dépenses courantes, cela peut aller de 1000 $ à plusieurs dizaines de millions de dollars $ et plus. L’argent, après la procédure d’approbation de la demande, est transféré à des comptes spéciaux, d’où ils sont ensuite dépensés à la discrétion des chefs de projets spéciaux du CSN, Ministère de l’Intérieur, Ministère de la Défense, SYRBAR (service de renseignement exterieur) et d’autres agences similaires. À partir du moment de reception de l’argent sur les comptes spéciaux, ces montants sont automatiquement débités par le Département de la politique intérieure du bureau présidentiel, et les rapports de comptabilité détaillés sur l’argent ne sont jamais soumis par quiconque nulle part. Ainsi, des comptes spéciaux de CSN, Ministère de l’Intérieur, SSE (Service de Sécurité d’État), L’Agence de Lutte contre les Crimes Économiques et de Corruption (Police Financière), Bureau National de Lutte contre la Corruption, SYBBAR (service de renseignement exterieur), en somme, sans un rapport de comptabilité détaillé, d’énormes fonds budgétaires disparaissent chaque année, ce qui pourrait être utilisé à d’autres fins constructifs, but d’intérêt public. Un tel système de fonctionnement des comptes spéciaux de ces agences de l’Etat est un rêve de tout fonctionnaire corrompu, un paradis de la corruption.

Donc, sur un tel schéma assez simple, même primitif, dans ce paradis de la corruption de la partie secrète du budget public de l’Etat du Kazakhstan, selon certains officiers de CSN, annuellement, sans laisser des traces plusieurs milliards de dollars américains disparaissent complètement, et en même temps c’est la dépense légale des fonds budgétaires nulle part par les forces de l’ordre et les agences de sécurité. Et en situation avec le projet spécial “ARTEL”, l’argent des contribuables va à l’imitation de la démocratie dans la société kazakhe et au parlement du pays, privant les Kazakhs d’une démocratie réelle à leurs propres frais.

Ici sont divulgués seulement quelques détails d’un seul projet spécial d’Akorda (palais présidentiel) et CSN. Dans le même temps, il existe plusieurs projets spéciaux au Kazakhstan, pour ne pas dire beaucoup, par exemple, le parti politique AK ZHOL, chef du parti Azat Perouachev, est aussi un projet spécial du Département des politiques intérieures du bureau présidentiel, incarné et supervisé par CSN. Il ne reste plus qu’à deviner quels montants, combien de dizaines et peut-être des centaines, millions de dollars américains de contribuables disparaissent chaque année sans laisser des traces dans ce projet spécial.

Abréviation

ORA (personnel) – est un officier de réserve active de CSN. L’ORA ne peut être qu’un officier du CSN. A une limite d’âge, l’état de santé est également prise en consideration.

OOI (personnel) – est un officier opérationnel d’infiltration de CSN. L’officier de CSN infiltré d’une importance particulier, ou comme on les appelle aussi, l’officiers particulièrement précieux. L’OOI et l’ORA ne peuvent être que des officiers du CSN.

Les officiers du CSN, recrutés dans la réserve active ou dans d’officiers opérationnels d’infiltration, restent dans leur unité, mais sont envoyés dans un organisme ou dans une entreprise privée ou d’État pour travailler, parfois dans d’autres pays. Dans ce poste, ils exercent toutes les fonctions officielles de cet organisme privé ou d’État, en d’autres termes, ils travaillent sur leurs nouveaux fonctions, mais leur tâche principale reste de mener des activités dans l’intérêt de CSN – collecte de renseignements, diriger les activités de l’entreprise, du parti politique, dans la bonne direction, etc.

Agent de CSN (non personnel) – peut être n’importe quel citoyen kazakh ou non kazakh. L’âge n’est pas limité – d’un étudiant à un retraité âgé. Le travail de l’agent de CSN est payé mensuellement ou non récurrent, et il y a ceux qui servent d’agents de CSN pour des raisons patriotiques ou autres. Les officiers de CSN ne peuvent pas être des agents de CSN.

Compte spécial – Il peut s’agir d’un compte bancaire de toute entreprise, institution ou société du Kazakhstan, privé ou public, qui, à la demande du Département de la politique intérieure du bureau présidentiel, est utilisé, une fois ou de manière permanente, pour encaisser pour les projets spéciaux d’organismes de maintien de l’ordre et d’agences de sécurité.

Структура КНБ РК_French

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s